Partagez | 
 

 Discutons du silence de ces bois [Rei & Lindër]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Herboriste
Age du Personnage : 27 ans
Race : Sylviane
Métiers : Herboriste
Argent : 100

MessageSujet: Discutons du silence de ces bois [Rei & Lindër]   Mer 23 Jan - 16:12

De bon matin, Lindër fut tirée d'un sommeil réparateur par le chant des rossignols. Elle s'étira paresseusement, faisant rouler les muscles de ses frêles épaules. Ses cheveux indigo – parfaitement lisses ; aucunement ébouriffés – cascadaient le long de son dos nu ; aussi enfila-t-elle prestement sa toge de lin, l'habit épousant parfaitement ses formes. La jeune elfe, après une rapide toilette dans les eaux d'une mare, quitta aussitôt son humble demeure.
Partant d'une démarche calme et paisible à travers les bois, Lin s'attardait de temps en temps devant tel ou tel lit de fleurs, tel ou tel bosquet. La malheureuse avait bien du temps à perdre depuis son décès – non, autant dire qu'elle en avait toujours eu. S'ennuyer ainsi lui laissait un pincement au cœur, un sentiment d'incompétence, d'ignorance ou d'impuissance ; elle n'aurait jamais su le dire. La joie n'était jamais qu'éphémère : elle le savait, aussi appréhendait-elle le terrible moment où elle commencerait à regretter son ancienne vie ; ses connaissances, ses plantes. Depuis qu'elle était arrivée ici, Lindër avait eu l'occasion de découvrir une multitude d'autres effluves, des senteurs toutes plus merveilleuses les unes que les autres ! Bien qu'elle se demandât quand bien même elle pourrait être nostalgique de sa terre natale – qui atteignait certainement le comble de la monotonie, à côté d'Heiwa –, la demoiselle continuait ses mille recherches de connaissances ; tentait malgré elle d'apercevoir quelque silhouette, quelque forme inédite, à travers ses deux orifices morts. Car, depuis son arrivée dans la contrée d'Iwaza, Lindër réussissait à déceler, quoique furtivement, certaines formes floues dans le monde qui l'entourait. Rien de concret ; et ce phénomène effrayait l'elfe autant qu'il la remplissait de joie.
Elle longeait un chemin sinueux qui coupait à travers bois, faisant glisser ses pieds nus sur le gazon tendre. La rosée perlait au coin des feuilles ; ici, tout respirait la vie. La nature. Si bien que, dans son petit mutisme, Lin sursauta à l'écoute d'un bruissement de feuille – qui n'était sûrement pas « naturel », justement : sans être particulièrement absorbée par sa tâche, la jeune femme était fort habituée au silence... D'une voix claire, quoique hésitante, elle lança en jetant de rapides coups d'œil autour d'elle :
    « Qui va là ? »
Malgré tout, le calme se lisait sur son visage. Lindër était chez elle, ici, dans son élément. Quoi qu'il en soit, la forêt était libre d'accès ; elle n'avait pas à se prendre la tête avec un voyageur égaré. Mais la pauvre était si peu habituée à ce que l'on viole les limites de son territoire, qu'elle n'en restait pas moins sur la défensive. De plus, bien que ces lieux lui fussent familiers, Lin resterait à jamais en désavantage face aux autres... qu'y a-t-il de pire que de ne point voir ceux qui vous observent ?


Dernière édition par Lindër Fakeinor le Mer 23 Jan - 18:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chasseur
Age du Personnage : 20 ans
Race : Kahl'Jinn
Métiers : Chasseur
Argent : 650

MessageSujet: Re: Discutons du silence de ces bois [Rei & Lindër]   Mer 23 Jan - 18:19

Le bruit de la porte se refermant tira Rei de son sommeil. Il était allongé par terre, une couverture sur lui... couverture ? Il n'en avait pas pris en s'allongeant à côté du banc où s'était endormie Isil. Pourtant, il en avait une... surement sa sœur, ça. Elle avait beau lui laisser son indépendance, elle pouvait pas s'empêcher de le couver un maximum, cette idiote. Rei soupira et plia la couverture avant de la ranger dans l'armoire et ramasser ses affaires. Il était temps de se mettre au boulot. Il sortit donc de la cabane, en pagne de fourrure rouge et or.

L'aube était encore récente. Rei inspira un bon coup l'air extérieur et grelota un peu. Bon sang, il se les gelait, quand même! Pourquoi ce monde était-il si froid malgré l'abondance de vie ? C'était pas bon pour sa santé, ça ! Quoi qu'il en soit, il allait pouvoir se mettre au travail. Aujourd'hui, il allait attraper une grosse prise ! Ce n'était que son premier jour, mais s'il parvenait à attraper du lourd et à impressionner ainsi ses clients, il se fera une solide réputation et gagnera de l'argent bien vite. Sa sœur sera alors obligée de reconnaître qu'il pouvait se débrouiller et alors...

Il coupa court à ses rêveries lorsqu'il apperçut l'animal. Un quadrupède un peu plus grand que lui. Une fourrure un peu rêche, des petites oreilles, une petite queue, mais ce qui impressionnait le plus étaient ses cornes fourchues. Un cerf, s'il se souvenait bien du nom relié à l'image correspondante dans le livre qu'il a feuilleté.


*Pour un début, ça sera pas mal.*

Le chasseur s'agenouilla, sortit sa dague et et s'avança silencieusement. L'animal ne l'avait pas remarqué. Tout ce qu'il avait à faire, c'est lui sauter dessus et l'égorger rapidement. Une technique archaïque mais tellement simple. Il s'imposa un rythme respiratoire lent et faible, juste ce qu'il fallait pour que son corps fonctionne comme il faut. Un pas... deux pas... il était plus proche du cerf. D'ici peu, il pourra lui sauter dessus. Quelle chance de tomber sur une belle proie si tôt.

Rei se cabra, prêt à bondir alors que le cerf traversa un buisson et...


« Qui va là ?
- Merde ! »

Rei bondit en direction du cerf pour une tentative désespérée, mais trop tard : l'animal filait comme le vent, loin de lui. Rei grogna et se releva pour se diriger vers la voix. Il était énervé et employait un ton aussi froid que cynique.

« Merci. Merci BEAUCOUP ! Grâce à vous, un cerf a eu la vie sauve. J'ai eu peur qu'en lui sautant dessus dans le but de l'égorger pour récupérer sa viande, je mettrais fin à ses jours ! »

Comme il l'avait deviné à la voix, c'était une femme qui lui a fait rater on coup. Elle était plutot mignonne avec ses longs cheveux bleus et sa robe moulante. Ses oreilles étaient anormalement grande, mais avec toutes le bizarreries qu'il a vu depuis son arrivée ici, il ne s'en formalisa pas.

Il s'approcha d'elle dans le but de récuperer des excuses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Herboriste
Age du Personnage : 27 ans
Race : Sylviane
Métiers : Herboriste
Argent : 100

MessageSujet: Re: Discutons du silence de ces bois [Rei & Lindër]   Jeu 24 Jan - 19:45

Un bruissement de feuille. Le « clap clap » régulier des sabots sur le parterre végétal, le bruit s'éloignant de plus en plus au fil des secondes. D'autres pas y suivirent, plus lents et moins nombreux, cette fois. La forêt était silencieuse, comme assistant à la scène tragique qui venait d'avoir lieu. Lin regarda autour d'elle, mal à l'aise, cherchant à découvrir l'origine de toute cette agitation ; surplombant le vacarme, une voix masculine jura. Lindër retint sa respiration à son l'écoute. Elle pressentait sa détermination, son envie – qui avait, a priori, fini par lui être enlevée. « Un chasseur... », pensa-telle, « C'est vrai qu'il en passe plutôt souvent, par ici ». L'homme en question ne devait pas être bien vieux – on le sentait à son timbre. De nouveau, des pas. La voix ne lui parvint alors qu'à moins de quelques pieds :

    « Merci. Merci BEAUCOUP ! Grâce à vous, un cerf a eu la vie sauve. J'ai eu peur qu'en lui sautant dessus dans le but de l'égorger pour récupérer sa viande, je mettrais fin à ses jours ! »
L'elfe caressa doucement un tronc, le regard – si l'on pût dire – dans le vague. Elle n'avait écouté que d'une oreille les paroles de l'inconnu, mais assez pour en saisir le sens. Ah là là, si seulement la paix pouvait régner, seule ! Et quel malheur que Lindër soit si utopique, toujours à rêvasser d'un avenir incongru, d'un destin inexistant…
Elle ne chercha pas à fuir. Ni à faire preuve d'agressivité ; ni à pleurer, inspirer la pitié à son vis-à-vis. Au lieu de ça, elle se tint droite, la tête haute – ses deux obliques visant l'homme à deux palmes d'écart. Lindër inspira profondément, et répondit d'une voix douce :

    « Imaginez un peu que ce soit vous.  »
Elle marqua une pause, laissant à l'homme le temps de réfléchir à ses paroles. Pendant ce temps, la forêt avait reprit de son activité – on entendait delà les plongeons des poissons dans le lac, deci le chant de tel ou tel oiseau, là-haut dans la cime des arbres. Cela lui remit du rose aux joues. Rose qui disparut bien vite au souvenir de sa discussion. Elle fit un écart, ne se préoccupant pas le moins du monde de la politesse dont elle allait faire preuve...

    « De toute façon, peu importe... »
Sur ces entrefaites, Lindër continua d'un pas léger sa route là où elle l'avait laissée, faisant glisser sa main sur les troncs d'arbres, les buissons épineux, et tout ce qu'elle pût trouver afin de se repérer. Pendant ce temps, elle songeait à ses propres mots. Il n'était pas de son devoir de raisonner tels assassins, ça non...
Elle s'arrêta, ouvrant la bouche pour rajouter quelque chose. Mais rien n'en sortit. Elle resta plantée là, immobile, comme une idiote attendant désespérément que le sort s'occupe d'elle. Si elle avait su, si seulement elle avait su, sans doute ne se serait-elle pas stoppée dans sa route...


Dernière édition par Lindër Fakeinor le Jeu 24 Jan - 20:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chasseur
Age du Personnage : 20 ans
Race : Kahl'Jinn
Métiers : Chasseur
Argent : 650

MessageSujet: Re: Discutons du silence de ces bois [Rei & Lindër]   Jeu 24 Jan - 20:22

Génial... sa première proie de la journée envolée parce qu'une idiote l'a ouvert au mauvais moment. Il était à un poil de toucher sa paye et la malchance a joué contre lui. Qu'est ce que cette idiote faisait ici, d'ailleurs ? Bah qu'importe, ce qu'il savait, c'est que c'était à cause d'elle que l'animal s'était enfui.

« Imaginez un peu que ce soit vous. »

Une soudaine douleur le prit aux hanches. Une douleur imaginaire issue d'un souvenir encore récent. Deux grosse mandibule qui l'avaient saisies et tranchées en deux, accompagné de la vision de sa sœur qui subissait la même chose... Il secoua la tête. Pas le moment de se rappeler de ça.

« Ca a déjà été moi. »

Ca ne la regardait pas, mais ça l'informait sur le fait qu'il savait ce que signifiait mourir de la main de plus fort que soit.

« De toute façon, peu importe... »

Peu importe ? Comment ça, peu importe ? Elle le snobait carrément, la ! Rei serra le poing et la rejoignit en deux enjambées. Il ne la toucha pas mais la suivit.

« Comment ça, peut importe ? J'ai raté mon coup à cause de toi ! Ok, C'est pas sympa d'ôter la vie d'un animal pour se nourrir, mais c'est une des lois naturelles : les plus faibles finissent dévorés par les plus forts ! Si ce n'était pas moi qui le buttait, ça aurait pu être une fourmi géante, un ver des sables ou je ne sais quel prédateur dont j'ignore l'existence ! Alors me fais pas le reproche!En plus, je le tuais même pas pour moi mais pour nourrir les habitants de la ville ! »

C'était qui cette femme ? Elle lui faisait la morale parce qu'il faisait son boulot ? C'est sur, c'est pas plaisant de mourir pour servir de bouffe (Rei n'osait même pas imaginer son ancien corps se faire digérer par des fourmis), mais c'était la vie. Le ver nourrit l'oiseau, la souris nourrit le chat, le plancton nourrit le poisson... alors pourquoi diable on l'engueulait parce qu'il chasse le gibier ? Il ne comprenait pas...

« Tu seras bien content quand la viande que j'aurais chassé sera dans ton assiette. »

Ca, elle ne pouvait pas le contredire ! Vu qu'elle ne semblait pas chasser par elle-même, elle devait acheter sa viande sur le marché et donc il allait gagner ce débat rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Herboriste
Age du Personnage : 27 ans
Race : Sylviane
Métiers : Herboriste
Argent : 100

MessageSujet: Re: Discutons du silence de ces bois [Rei & Lindër]   Jeu 24 Jan - 21:12

    « Ça a déjà été moi. »
Sans se retourner, Lindër resta silencieuse pendant de longues secondes. Elle répondit sur le même ton :

    « Si tu le dis. De toute façon, peu importe... »
Cette simple phrase, que l'elfe dît presque pour elle-même, dut rebuter le jeune homme, car il s'approcha vivement d'elle tout en maintenant une distance respectueuse entre eux. Lindër n'avait pas bougé d'un pouce, bien qu'on pût voir son souffle saccadé, la buée qu'il formait dans l'air ; et ses yeux fixant, au loin, un point que l'on n'aurait su déterminer. Son interlocuteur répondit avec agressivité, sur la défensive :
    « Comment ça, peut importe ? J'ai raté mon coup à cause de toi ! Ok, C'est pas sympa d'ôter la vie d'un animal pour se nourrir, mais c'est une des lois naturelles : les plus faibles finissent dévorés par les plus forts ! Si ce n'était pas moi qui le buttait, ça aurait pu être une fourmi géante, un ver des sables ou je ne sais quel prédateur dont j'ignore l'existence ! Alors me fais pas le reproche ! En plus, je le tuais même pas pour moi mais pour nourrir les habitants de la ville ! Tu seras bien contente quand la viande que j'aurai chassée sera dans ton assiette. »
Lin fit brusquement volte-face, ses yeux étaient exorbités. Son rapide demi-tour avait dégagé les cheveux de son front, et laissait apparaître ses deux orbites aux iris blanches, qui regardaient droit devant elle sans rien voir du tout – et qui présentaient toujours une forme de décalage par rapport à son interlocuteur. Sur son visage se lisait une expression de dégoût, bien qu'elle comprît sûrement les raisons du chasseur. Or, ce qui la tracassait n'était pas le fait qu'il fût des êtres qui ne lui ressemblassent pas, mais bien qu'elle était seule et dépourvue d'aide. Ainsi donc répondit-elle, avec une pointe d'ironie et l'ombre d'un sourire lors de la première phrase :
    « Je suis végétarienne ; et quoi qu'il en fût, bien peu m'importe ta vision du monde. »
Elle baissa la tête, et serra les poings si fort que ses articulations en devinrent blanches. Elle poursuivit, sans vraiment viser personne en particulier, crachant littéralement ses mots – toute trace de sourire ayant désormais disparu de son visage :
    « Vision… tout le monde n'a que ça à la bouche… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chasseur
Age du Personnage : 20 ans
Race : Kahl'Jinn
Métiers : Chasseur
Argent : 650

MessageSujet: Re: Discutons du silence de ces bois [Rei & Lindër]   Jeu 24 Jan - 23:50

A sa réplique, elle se retourna. Rei fut choqué par ses yeux. Ils étaient pâles comme il n'en avait jamais vu. Il avait entendu dire que ces yeux là étaient signe de cécité. Une aveugle ? Non, pas possible, ses yeux devaient être différents de ceux de son monde. Elle devait y voir quelque chose. La preuve, elle le fixait.

Quoi qu'il en soit, elle le regardait avec dégoût, comme si ses propos l'avaient offensée.


« Je suis végétarienne ; et quoi qu'il en fût, bien peu m'importe ta vision du monde.
- Vegetaquoi ? »

Qu'est ce que c'était que ce mot ? Ca voulait dire quoi ? Rei n'en avait rien mais ça devait pas être méchant, tout du moins il l'espérait pour elle. Si ça se trouve, c'était une de ces maladies graves qui entraînaient d'atroces souffrances jusqu'à ce que mort s'en suive... non, ça devait pas être ça vu le comportement, alors quoi ?

« Vision… tout le monde n'a que ça à la bouche… »

Elle avait dit ça avec regret et mépris, comme si le mot lui écorchait la langue. Elle était vraiment aveugle...

« C'est sur que si tu mets tout le monde dans le même panier... »

Mais qu'est ce qu'une aveugle faisait seule dans la forêt ? … bah, c'était pas ses affaires.

« Enfin bref, je sais pas ce qu'est une vegetamachinchose, mais ça ne m'explique pas ce que vous avez contre les lois de la nature et le fait que les gens mangent de la viande. »

Ou peut être que si, mais ça ne changera pas son mode de vie pour autant et ça ne rendra pas sa prise perdue de toutes façons.

Mais cette aveugle l'intriguait. Elle n'était pas comme les faibles gens inutiles qu'on lui a toujours décrit. Les aveugles étaient incapable de se débrouiller seuls et on les abandonnait pour ça, mais elle n'avait pas l'air d'avoir besoin de l'assistance de qui que ce soit. Elle semblait capable de se lever et marcher en évitant les obstacles. Il devait probablement y avoir quelque chose, un truc qui l'aidait à vivre parfaitement sans la vue... enfin, ça le regardait pas de toutes façons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Herboriste
Age du Personnage : 27 ans
Race : Sylviane
Métiers : Herboriste
Argent : 100

MessageSujet: Re: Discutons du silence de ces bois [Rei & Lindër]   Ven 25 Jan - 19:10

Elle s'attendait à tout, mais surtout pas à ça.

    « C'est sur que si tu mets tout le monde dans le même panier… »

À ces mots, Lin esquissa un sourire triste. Elle aurait pu répliquer une phrase cinglante, l'ignorer superbement ou même le gifler de toutes ses forces. Elle aurait pu. Sa voix, qui monta dans les aigus, répondit avant de se briser – on aurait dit qu'elle était sur le point de pleurer, mais l'elfe se retint – ou n'en avait tout simplement pas envie :

    « Et qu'est-ce que ça peut te faire ? Rien ne sert de hurler la vérité tant que TOI, tu la connais. Et à chacun sa vision des choses. 
    ▬ Enfin bref, je sais pas ce qu'est une vegetamachinchose, mais ça ne m'explique pas ce que vous avez contre les lois de la nature et le fait que les gens mangent de la viande. »

Lindër réfléchit à ces paroles. Quelques instants plus tard, les sourcils froncés, elle concéda d'une voix rauque :

    « J'ai mal pour ces pauvres bêtes. Mais fais comme tu veux, peu m'importe du moment qu'elles ne sont pas mortes de ma main… »

Une idée la frappa. Peut-être n'était-ce qu'inutile, mais qu'avait-elle à perdre ? Lindër prit une grande inspiration, puis vida complètement ses poumons.

    « Ferme les yeux. Écoute… Le chant des oiseaux, le bruissement des feuilles, les hurlements des bêtes sauvages… Tout ici pullule de vie ; c'est si beau. Ce que j'ai contre vos lois de la nature, c'est qu'elles sont injustes. Tuer des bêtes juste pour se nourrir, c'est si… de toute façon, vous autres ne pouvez pas comprendre. »

Elle se retint de lui expliquer ce qu'était être végétarien, jugeant préférable de ne pas enfoncer le clou – et tint au silence le fait que les elfes, pour la plupart, pussent se servir de leur arc comme d'une arme meurtrière envers les animaux. Arme dont elle s'était elle-même servie, dans un lointain passé.

Avec un gloussement exagéré, Lindër ajouta :

    « Tu as remarqué, non ? Mes yeux. » Légère pause. « Pour tous, je suis comme une proie. Ou une victime, si tu préfères. Je comprends plus ou moins ce qu'ils ressentent, eux, en rencontrant la lame de ton poignard. Seuls, sans défense face à l'ennemi. »

Gênée d'en avoir peut-être trop dit, elle songea à s'éclipser, disparaître dans ces bois qu'elle connaissait si bien. Après tout, elle aurait facilement pu se fondre dans la masse : se cacher derrière un buisson, grimper à un arbre aux branches basses, retourner chez elle...

[HRP : Bon, vu comme ça avance - surtout mes posts... - je propose qu'on change de lieu ou fassions quelque chose plutôt que de rester plantés là à discutailler...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Chasseur
Age du Personnage : 20 ans
Race : Kahl'Jinn
Métiers : Chasseur
Argent : 650

MessageSujet: Re: Discutons du silence de ces bois [Rei & Lindër]   Ven 25 Jan - 23:18

Visiblement, Rei avait touché un point sensible car elle ne trouva pas quoi répliquer sur le coup. Bon, si ça pouvait lui rabattre un peu le caquet, ça lui fera pas de mal et ça flattera un peu l'égo de Rei.

« Et qu'est-ce que ça peut te faire ? Rien ne sert de hurler la vérité tant que TOI, tu la connais. Et à chacun sa vision des choses. »

Bon sang, mais qu'est ce qu'elle avait avec cette histoire de vision ? Tout le monde n'avait pas la même, effectivement, mais ça faisait deux fois qu'elle parlait de ça.

« J'ai mal pour ces pauvres bêtes. Mais fais comme tu veux, peu m'importe du moment qu'elles ne sont pas mortes de ma main…
- Tu essayes de de me faire passer pour un monstre ? Je respecte chaque vie que j’ôte, je te signales. Je sais ce que ça fait de mourir pour nourrir un autre, je respecte donc chaque mort plus que jamais. »

Ca faisait parti des bases qu'on enseignait aux chasseurs, dans son monde. Même la mort d'un animal devait être respectée. C'était naturel de tuer pour se nourrir. On ne pouvait pas changer ça, quoi qu'on en dise.

« Ferme les yeux. Écoute… Le chant des oiseaux, le bruissement des feuilles, les hurlements des bêtes sauvages… Tout ici pullule de vie ; c'est si beau. Ce que j'ai contre vos lois de la nature, c'est qu'elles sont injustes. Tuer des bêtes juste pour se nourrir, c'est si… de toute façon, vous autres ne pouvez pas comprendre. »

De quoi ? Rei ne la comprenait définitivement pas. Enfin, tant qu'à faire...

Il ferma les yeux et écouta les bruits environnants. C'est vrai qu'ils étaient beaux. Ca changeait carrément du souffle du désert auquel il était habitué. Le vent se glissait entre les feuilles et les faisait claquer, le piaillement des volatiles qui battaient des ailes dans les cieux et le bruissement des buissons quand un animal passait.

Pour la première fois, il prenait conscience de l'ampleur de la vie dans ce monde.


« Tu as remarqué, non ? Mes yeux. Pour tous, je suis comme une proie. Ou une victime, si tu préfères. Je comprends plus ou moins ce qu'ils ressentent, eux, en rencontrant la lame de ton poignard. Seuls, sans défense face à l'ennemi. »

Elle était donc aveugle... incroyable qu'elle soit capable de se débrouiller seule. Et elle prétendait comprendre ce que ressentaient les animaux qu'il abattait ? Un peu dur à croire.

« Sans défense, sans défense... dans mon monde, les animaux que j'abattais étaient loin d'être si vulnérable que ça. Tu as déjà tenté de tuer une créature presque aussi grande que toi avec une carapace plus dure que l'acier ? A moins d'enfoncer TRES profondément que:quelque chose dans l'oeil, on est sur d'y passer. Je viens à peine d'arriver alors je ne sais pas à quoi ressemble la faune locale, mais ça m'étonnerais qu'ils soient tous aussi faible. »

Il n'allait pas dire qu'il en avait marre de la morale qu'elle lui faisait, mais il fallait quand même dire que venant d'une inconnue aveugle, c'était gonflé. Elle était aveugle donc elle ne pouvait pas chasser donc c'est lui qui lui fournissait la viande, merde ! Qu'elle ne l'empêche pas de travailler !

« Au fait, si vous êtes aveugle, qu'est ce que vous faites toute seule dans la foret ? Vous avez besoin que je vous accompagne quelque part ? »

Autant se montrer un minimum serviable. Et puis comme ça, une fois qu'il l'aura escorté dieu sait où, il pourra reprendre sa chasse sans risquer de rater son coup parce qu'elle aura fait du bruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Discutons du silence de ces bois [Rei & Lindër]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Discutons du silence de ces bois [Rei & Lindër]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heiwa :: Région Iwaza :: Forêt Tirilla-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit